mardi 24 mai 2016

Les Boucles du Verdon, Saint André des Alpes (04), 22 Mai 2016: Un si bel environnement!



PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
Communiqué n° 431

Le Cyclosport international propose à ses adeptes des évènements grande qualité qui sont maintenant organisés dans le monde entier, sur les 5 continents, par delà les montagnes et les océans et, la plupart du temps dans des sites naturels exceptionnels. 
En celà, le Cyclosport est une activité sportive moderne et réjouissante, qui comble les pratiquants en leur permettant surtout de découvrir à chacune de leurs sorties, des paysages somptueux puis, de rencontrer une foule de nouveaux amis !…




Les Boucles du Verdon font partie de ces évènements qui permettent au Cyclosportif d'ouvrir grand les yeux pour découvrir des paysages hors normes, de respirer à pleins poumons un délice de senteurs printanières tout en appuyant bien fort sur les pédales, escalader les montagnes, descendre bien vite dans les vallées et les Gorges et en final, se retrouver tous ensemble au coeur d'un village typique où l'on continue d'écarquiller les yeux tout en savourant de délicieuses spécialités régionales.






Retour sur les Boucles du Verdon 2016, organisées par l'ATCC 04, sous la houlette du Président Christian Girard, avec départ et arrivée à saint André des Alpes, haut lieu du parapente mondial.
Avec le plus grand naturel, la Patrouille Green Cycling éco cyclo est présente, comme chaque année, fort bien accueillie par l'organisation et composée d'un groupe joyeux et motivé.



Effectivement, de l'avis unanime des patrouilleurs en mission et confirmant les impressions globales de ce début de saison, peu de déchets constatés sur ces belles routes de haute Provence. Une attention particulière des Cyclos à bien remettre les emballages dans les poches du maillot, parfait! 
Nous avançons dans la bonne direction tous ensemble, pour un futur harmonieux de l'activité Cyclosportive et des évènements cyclistes de masse sous toutes leurs formes.




La Patrouille dans le Haut Verdon: Valérie Zunino, Magda de Saint Jean, Amélie De Vecchi, Pascal Guitton, Gilles Henneuze, Pierre Ournier, Patrick François, David De Vecchi.

Mentions spéciales à Magda pour sa 1ère place Parcours annexe, Amélie et Valérie pour leur podium Grand parcours et David pour sa seconde place Scratch!

vendredi 20 mai 2016

La Gaillarde De Carvalho, 15 Mai 2016: Les verts au pays du rouge et du blanc..



PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
Communiqué n° 430

Dimanche 15 mai la patrouille était présente à la Gaillarde de Carvalho à Brive.
Les parcours de toute beauté, présentent un profil accidenté ou se succèdent les longues ascensions autour de 5% entrecoupées, pour briser le rythme, de raidillons au delà de 10%. Tracé en grande partie sur l'ancien territoire historique du vicomté de Turenne aux confins de la Corrèze, à proximité du Lot pour la partie sud et de la Dordogne dans le final avant le retour vers Brive. Le circuit est jalonné par le vignoble de Branceilles et 3 des plus beaux villages de France, Collonges la Rouge, Curemonte puis Turenne ainsi que par l'église romane de la Combe, certainement la plus ancienne du département (XIème siècle) mettant en valeur les particularités géologiques de la région en alternant le bâti en pierres rouges autour de Collonges et blanches aux alentours. 



Concernant le déroulement de l'épreuve, un bémol, le départ chaotique pour sortir de Brive associant indiscipline des coureurs, aménagements routiers, circulation automobile en sens inverse et un peloton regroupant tous les participants, le choix de la distance se faisant au sommet de la première difficulté .  Une fois sortie de l'agglomération, le rythme des concurrents, lancés sur une longue ligne droite, fut d'emblée très rapide, causant les premières cassures avant d'aborder les 8 km du col d'Aubazine.
La sécurité était excellente en campagne, assurée en partie par les motards de la gendarmerie et le fléchage sans souci sauf à être inattentif aux appels des signaleurs et aux panneaux présents en amont des bifurcations entre les 2 parcours.




L'annonce concernant les déchets faite au départ fut bien respectée, n'ayant aperçu qu'un tube sur le grand parcours. A noter  qu'un tri sélectif était mis en place dans l'enceinte des repas et de la remise des prix.

En conclusion, malgré un départ urbain non sans danger, le cadre pour pédaler est superbe entre forêts et causse,  l'architecture variée des villages traversés de grande qualité, sans évoquer  la gastronomie locale.
Ce week end de 3 jours permettait, pour ceux qui ne la connaissaient pas, de découvrir cette région en allant flâner autour des rives de la Dordogne, Carennac, Loubressac, ou sur le causse, Autoire, Gouffre de Padirac ou Rocamadour, pour ne citer que les sites les plus connus.

Hugues



Les Patrouilleurs en Corrèze: Thierry Firmin, Marie Luciani, André Bassery, Thierry Hourugou, Camille Mourin, Hugues Treton.

mercredi 11 mai 2016

La Lozérienne, 8 Mai 2016: Une cyclo au pays de l'aligot.



PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
Communiqué n° 429

Le 8 mai s'est déroulée la Lozerienne au départ de la Canourgue, surnommée la petite Venise de Lozère en raison des canaux traversant cette petite ville au coeur médiéval. Une cyclosportive alliant difficultés diverses, terroir et paysages variés comme sait si bien le faire LVO dans ses épreuves, et avec un cadeau d'Eole pour cette édition, un vent fort voir violent que rien n’arrête sur le causse.

Circuit unique, montant tout d'abord à l'Aubrac, puis traversant les Gorges du Tarn à l'issue de la fabuleuse descente vers Saint Enimie pour remonter sur le causse accidenté via les raides pentes des Vignes.




Alors que le nord vivait un dimanche estival, un ciel gris, le vent et des températures bien fraîches nous ont accompagné toute la journée.
L'ascension de l'Aubrac fut mouvementée, la présence d'un troupeau a perturbé le déroulement du début de l'épreuve. Cet incident constitue le point négatif de cette journée. Alors que certains s'arrêtaient, la bêtise d'autres cyclistes, voulant passer à tout prix, désorganisa le troupeau, les brebis effrayées s'éparpillèrent dans la nature devant à juste titre le berger furieux et désemparé. Il suffisait simplement de patienter quelques instants pour laisser passer le troupeau.  Ces pseudos-coureurs étaient là pour leur plaisir, sans respect pour le berger, qui lui travaillait.



Le col de Trébatut franchi la descente  se déroula sans obstacles majeurs. La traversée du Causse en direction de la côte de la Capelle s'effectua avec un fort vent défavorable, vent réclamant une attention particulière,  les rafales étant particulièrement violentes par momen dans la descente de St Enimie et ses paysages uniques.




La traversée des gorges du Tarn fut, pour cette fois, un moment de répit, bien abrité dans un cadre grandiose avant d'attaquer le col de St Rome de Dolan, dont les premiers kilomètres dés la sortie des gorges, aux Vignes, présentent des pentes à 10%.
Le sommet atteint, le vent principalement favorable nous aida à franchir le causse avant de basculer vers l'arrivée en prenant de nouveau garde aux rafales dans la descente finale avant le réconfort local, un aligot servi aux participants..



Comme déjà remarqué précédemment dans les épreuves organisées par LVO dans le "grand" massif central il y a peu de déchets (vu 2 tubes). La sensibilisation faite par LVO au départ avec disqualification à la clef pour les pollueurs, notre présence désormais reconnue par les participants et annoncé par l'organisateur (toujours en off sur des épreuves quand je monte à la hauteur d'un coureur qui jette ses emballages on me dit souvent je ne t'avais pas vu !! comme quoi il faut pour certains la peur du gendarme) et je pense un début de prise de conscience aident à la réduction des nuisances.


Un regret, seulement 408 participants, faible participation pour une épreuve de cette qualité intégrée au Trophée label d'or et challenge Rotor, parcourant une région classée au patrimoine mondial par l'Unesco et facilement accessible par l'autoroute alors qu'il y en a souvent plus de cyclistes dans des lieux bien moins attrayants sur bien des plans (patrimoine, terroir, circuits, accueil et organisation).

Hugues





Patrouilleurs sur la Lozérienne: Thierry Saint Léger; André Bassery, Michel Bizières, Maurice Cornu, Patrick François, Gilles Henneuze, Camille Mourin, Hugues Treton


mardi 10 mai 2016

En virée à Viré (la Bourgogne cyclo) : Samedi 7 mai 2016




PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
Communiqué n° 428

De Liège à la Bourgogne, de la Curtius blonde au Pouilly-Fuissé, de l’hiver au printemps, d’une semaine l’autre…

Gants et jambières remisés au placard, c’est habillé (enfin) léger qu’on attendait le signal du départ à Viré en Mâconnais. Le Green Gang, largement représenté  avait donc le sourire (et pas de manchettes)  à l’heure de s’élancer à l’assaut des coteaux du Mâconnais.



L’organisateur, Sportcommunication, associé à Véloce, la structure d'Alain Pradier, proposait 2 boucles, le format Grandfondo 150 km pour 2500m de dénivelé, un avant goût des « montagnardes » , et forcément une bonne préparation pour celles-ci, et le format médiofondo avec une boucle de 102km pour 1800m de d+. 
Des conditions très favorables donc pour les quelque 460 participants présents à cette épreuve inscrite au trophée Label d’or et au Trophée de Bourgogne.


Sur le 150km, après les escarmouches du début de course, l’arrivée de la première réelle difficulté, lire le col des chèvres, propulsait une vingtaine d’hommes à l’avant.
Sans présenter de gros pourcentages, la succession des difficultés finit de morceler les groupes à l’avant comme à l’arrière. L’occasion pour certains d’admirer les paysages et de se prendre, c’est la coutume, en selfie, avec la roche de Solutré en arrière plan (un green s’y retrouvera) … Les amateurs de mécaniques anciennes, n’étaient pas non plus en reste, puisque le grand parcours croisait le cortège des Hotchkiss, 60 équipages pas moins, réunis pour le rallye national du club (en quelque sorte la voie Aurélia des voitures). Pour la petite histoire, François Mitterrand possédait une « Hothkiss Grégoire », laquelle faisait partie de la procession. Solutré, Mitterrand, Hotchkiss, le monde est petit, mais revenons à celui qui nous intéresse : celui des 2 roues (sans moteur).



Si certains prenaient donc un peu de temps pour musarder et profiter des paysages qui en valent la peine, d’autres s’activaient pour rejoindre l’arrivée à Vitré… Arrivée que le premier à franchir fut David de Vecchi, Champion de France Masters et membre des Greens,  réglant au sprint ses 3 compagnons d’échappée. Jean Luc Chavanon lui emboitait le pas quelques minutes plus tard et terminait 6ème de l’épreuve : les greens pouvaient conserver le sourire qu’ils avaient derrière la bannière, quelques heures plus tôt.  Victoire chez les dames  de l’albertivillarienne Karine Temporelli.



Sur le 102km, la course était plus simple, échappé au bout d’une quinzaine de kilomètres, Guillaume Cara l’emportait en solitaire. Pauline Ricord, pour compléter cette belle journée des Greens montait elle aussi sur le podium (3ème) de ce parcours- victoire de Marion Bessone.



Nouvelle moins réjouissante, une chute dans la descente de Sully, toujours sur le 102 km, obligeait l’hélicoptère à intervenir pour transporter en urgence un coureur périgourdin à l’hôpital de Dijon (traumatisme facial). La signalisation déployée par les organisateurs indiquait certains passages délicats, et le ballet des motos et signaleurs ajoutait à la sécurité. Reste qu’un accident est toujours vite arrivé et que les aléas de notre sport font qu’il reste dangereux. C’est un fait.




Le bilan dressé par un Green Gang toujours attentif au respect des espaces traversés est plutôt positif (merci pour les retours nombreux et rapides). La synthèse, en quelques points : peu de ravitaillements en vol, très peu de voitures suiveuses et de bouteilles données à la volée, des concurrents dans l’ensemble respectueux  et, au final, une route presque propre après le passage de la course, un bilan donc encourageant en ce début de saison.

Pour finir sur une autre note positive, en cette journée quasi estivale, l’unanimité (à bas les « presque ») revient aux lasagnes aux épinards, au  petit fromage blanc et au gâteau aux noix proposés par l’organisateur ; quant à la bouteille de Viré Clessé, cuvée spéciale 2013 offerte à chaque participant, nous ne pourrons en parler qu’un peu plus tard ! 
Et si elle est bonne, nous reviendrons !...




François

Les Patrouilleurs en Bourgogne: David DE VECCHI-Isabelle BARTHE FRANQUIN-Jean-Luc CHAVANON-Pauline RICORD-Jane KILMARTIN– Jean-Michel LEBOUGRE– Stéphane MULOT-Kedri TAGAY-Eric VALLADE-Isabel CASHMAN– Martine FAURE-Jean-François BARTHE-François DE JUMNÉ.




vendredi 22 avril 2016

La Cyclo Corse, 17 Avril 2016: La Cyclo panoramique!



PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
Communiqué n° 427

Les parcours de la  Cyclo Corse font sans aucun doute partie des plus spectaculaires du calendrier cycloportif et pendant deux jours, les heureux  participants ont profité du soleil, de la douceur et des paysages remarquables de l’Ile de Beauté.
Pour de nombreux continentaux qui avaient fait le déplacement, ce fut l’occasion de rouler en tenue d’été pour la première fois de la saison alors qu’une bonne partie de la France était sous la pluie.
Conformément à la tradition de mise en valeur des produits locaux chère à l’organisateur  LVO, quelques douceurs corses (bière, vin et biscuits) étaient offertes à chaque participant lors du retrait des dossards.



La randonnée du samedi offrait une belle opportunité de découvrir les paysages du Nebbiu à allure modérée en peloton groupé et bien protégé par les motards de l’organisation. Seules les ascensions vers la chapelle de Murato et vers le col de Teghime faisaient l’objet d’un chronométrage. Deux arrêts aux ravitaillements situés aux sommets permettaient de se regrouper, de faire quelques photos et d’échanger avec les autres participants dans une ambiance conviviale.



Le dimanche, deux parcours chronométrés  de 140 km ou 118 km étaient proposés au départ de la place Saint Nicolas à Bastia. Après une portion neutralisée d’une quinzaine de kilomètres en direction du sud, l’ascension du col de San Stefano bien que relativement roulante fit une première sélection et des groupes de niveau se formèrent dans la rapide descente vers Saint-Florent après la traversée du village de Patrimonio bien connu pour son excellent vin de muscat.




La remontée par l’ouest vers le Cap Corse entre mer et montagne sur une route vallonnée, très sinueuse et presque constamment en corniche au dessus de la Méditerranée était un véritable régal pour les yeux mais aussi un exercice usant pour les jambes. La traversée de quelques villages typiques comme Nonza surmonté de sa célèbre tour génoise soulignait la richesse du patrimoine historique et architectural de l’île. Le maquis corse très fleuri en cette saison dégageait  des senteurs agréables comme celles des genêts en fleur et accentuait encore le caractère sauvage de ce parcours de rêve.

Les concurrents ont bénéficié de la récente réfection de la route qui permet désormais de rouler sur un véritable billard jusqu’à l’extrémité du Cap Corse. On regrettera néanmoins l’indiscipline et l’imprudence de certains  qui malgré les consignes répétés des organisateurs et l’intervention des motards n’hésitent pas à rouler sur le côté gauche de la route ou à couper les virages au risque de provoquer des accidents, d’indisposer les pouvoirs publics et de mettre en péril l’existence même des cyclosportives.




La montée vers le Moulin Mattei à la pointe nord de la Corse sur le grand parcours ou l’ascension du col de Santa Lucia sur le petit parcours permettait de rejoindre  la côte est. Il restait alors à parcourir une trentaine de kilomètres moins accidentés mais exposés au vent jusqu’aux abords de Bastia. Cette année, les  organisateurs avaient décidé d’introduire une nouveauté un peu « piquante » dans le parcours. En effet, l’arrivée traditionnellement située sur la place Saint Nicolas était jugée au sommet d’une côte de quatre kilomètres  dans le village de San Martino Di Lota avant une descente tranquille et non chronométrée vers le gymnase de Bastia où avaient lieu le repas et la remise des récompenses.


Les consignes données sur la ligne de départ concernant l’obligation de respecter l’environnement notamment dans des espaces naturels aussi remarquables aussi ont été globalement respectées. La Patrouille Eco Cyclo n’a heureusement observé que de rares déchets  laissés sur la route par des concurrents irresponsables.

Merci à Ludovic Valentin pour la qualité de son organisation et son accueil toujours chaleureux.

Pierre

Les patrouilleurs de la Cyclo Corse 2016 :

Karine Saysset, Marie Luciani, Valérie Zunino, Patrick François, Hugues Treton, Yves Porcher,  Gilles Henneuze, Pierre Gadiou


mercredi 13 avril 2016

Un samedi à Roubaix!



PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
Communiqué n° 426

Sous les pavés la plage, mais n’y touchez pas, on roule dessus ! Et on vient de loin, pour goûter  ces sensations si singulières : les Français ne représentant que quelque 10% de l’effectif global (plus de 5 000), le gros du contingent venait cette année encore d’Outre Manche. Les Belges et Hollandais d’abord puis des passionnés de toutes origines complétaient la grande parade pour sillonner ces hauts lieux du tourisme cycliste et ouvrir la route à la plus belle classique française.

Le tour opérator du jour ASO, proposait pour cette 6ème édition 3 excursions, au choix : 70, 145 ou 172 km garantissant chacune son lot d’aventure et de vibrations. Le green gang, pourtant réduit, était présent sur les 3 parcours. Multitool en poche (le couteau suisse du cycliste ), chacun se félicitait, à l’heure de s’élancer, d’une météo plus favorable que prévue.


C’est essentiellement des pavés secs qu’il s’est agi d’affronter, essentiellement car la grande attraction du parcours, la tranchée d’Aremberg  réservait sur ses 2400m son lot de glissades et de sensations fortes. Au fil des secteurs, le touriste pédalant, s’exposait  aux coups du sort...
La bonne Fortune en préservait certains, les autres changeaient ici une chambre à air, là réparaient une chaîne ou s’attristaient de voir un dérailleur en pièces... De nombreux équipements portaient les marques de sortie de routes (ou chemins). Didier, malchanceux du jour, ralliait d’ailleurs Roubaix sur une jambe ou une manivelle…



Côté sportif, le voyage était ponctué de quelques secteurs chronométrés (1, 2 ou 3 selon le tracés), de quoi s’échelonner et se comparer, pourquoi pas, à ceux qui écriront le lendemain une nouvelle page de l’histoire de cette course si particulière (en en estimant mieux la difficulté).

Au sol, le nombre de bidons signalait la difficulté des secteurs empruntés, les emballages divers étaient en revanche, et félicitons nous en, plutôt rares, signe encourageant.
Sur les escales gourmandes, bien positionnées sur le parcours, la circulation était plutôt fluide et les espaces respectés à l’exception de Beuvry la forêt où l’afflux massif des participants des 3 parcours dépassait la capacité d’accueil du site, entrainant ce qu’on imagine ( poubelles débordant et emballages au vent…) Bien conscient de la capacité d’accueil limitée de certains sites face à une fréquentation en hausse (l’épreuve franchit un cap), l’organisateur proposera certainement l’année prochaine d’autres réponses. Félicitons d’ailleurs Mathieu Boutroux et son équipe pour sa prise en compte des enjeux et défis compliqués à relever :
- garantir la sécurité de chacun sur un parcours en partie urbanisé (nombreux signaleurs, fléchage clair et lisible) et intervenir rapidement sur la globalité de l’épreuve en cas d’accident.
- respecter les espaces empruntés en  mettant à disposition des concurrents des équipements adaptés à une manifestation attirant un nombre croissant de participants.

Ajoutons que c’est encore et toujours à l’acteur principal de se responsabiliser en gardant à l’esprit que les routes ne sont pas privatisées que la prudence et le respect de notre terrain de jeu sont essentiels…
A ce prix, avec un peu de chance et de courage, le vélodrome est à portée de pédales dans les conditions les meilleures !




 Et c’est au vélodrome que le voyage s’achève, dernière ligne droite, une médaille passée au cou avec un sourire... Les phalanges sont meurtries mais c’est déjà un (bon) souvenir.
Place à la douche, celles du vélodrome sont ouvertes pour l’occasion. La journée est terminée, le rêve caressé.
Place aux grands globe trotteurs, et puis Sophie était parmi nous!...

François



Patrouilleurs sur PRC
Sophie, Emmanuelle, Gilles, Didier, François.



mardi 5 avril 2016

L'Héraultaise Roger Pingeon, 3 avril 2016: la Cyclo bénie des dieux!...


PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
Communiqué n° 425

Samedi 2 Avril, les terres languedociennes étaient sous l'emprise de précipitations constantes et très fournies, préjudiciable par ailleurs pour les activités réservées au jeunes et aux randos touristiques prévues, puis au petit matin ce Dimanche 3, l'éclaircie!.. les nuages noirs se massent sur les hauteurs des reliefs environnants, puis laissent la place au vent du Sud qui nettoie l'horizon!..


Alors, Il est bien entendu que lorsque toutes les conditions sont réunies, l'accomplissement des objectifs et des missions s'avère grandement facilité... Et c'était encore une fois le cas pour cette ouverture nationale  à l'occasion de l'Héraultaise Roger Pingeon, 18ème édition, qui a procuré un plaisir très perceptible aux 1000 participants, dans ces paysages languedociens exceptionnels.



La patrouille Green Cycling Eco Cyclo dans sa nouvelle tenue, avait effectivement fière allure sur la ligne de départ, auprès de l'organisateur Jean Pierre Devise  et les amis de passage, la marraine Christelle Ferrier,  Jean Claude Eychenne,  Claudia et Roland Gilles entre autres...


Répartis sur les deux parcours de l'épreuve, les patrouilleuses et les patrouilleurs ont d'emblée remarqué que les comportements ont encore évolué au sein du peloton Cyclosportif durant cette inter saison, peu de déchets et une tenue d'ensemble satisfaisante.
Il est aussi important de souligner une communication préalable importante et totalement responsable de la part de l'organisation, via médias et réseaux sociaux entre autres.
Un dispositif qui répond en grande partie au nouveau Cahier de Recommandations produit par Green Cycling, à l'attention de tous les organisateurs adhérents.
Ce constat satisfaisant est une bonne une entrée en matière, se situant dans l'enthousiasme d'une reprise tant attendue...


Des opérations d'envergure sont maintenant programmées, ne serait-ce que le week end prochain, sur Paris Roubaix Challenge, où les patrouilleurs évolueront au coeur d'un peloton imposant très international, restons vigilants!

Merci à Jean Pierre Devise, Hérault Sports et tous les bénévoles de cette Héraultaise 2016!

Patrouilleurs et Patrouilleuses de l'Héraultaise Roger Pingeon 2016: Mention spéciale à Sébastien, qui a sorti Elena du pétrin à 2 reprises!...

Malène BENAREAU PEDERSEN - Patrick FRANCOIS- Ignaki BENAREAU- André BASSERY- Michel BIZIERES- Maurice CORNU- Pauline CANTELE- Gérard TOURNADRE- Sebastien THYERRY- Aurélie ARBES - Emile ARBES - Jean Luc CHAVANON - David DE VECCHI  - Amélie DE VECCHI - Elena IVANOVA 

dimanche 13 mars 2016

Paris Nice Challenge, 12 Mars 2016: Ouverture de saison dans les meilleures conditions!




PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
Communiqué n° 424

Force est de constater que le lancement de cette saison 2016 riche en innovations  s'est déroulé sous les meilleurs auspices pour la Patrouille Eco Cyclo et les 800 cyclistes enthousiastes qui se pressaient aux abords du village d'accueil de Paris Nice, sur la Promenade des Anglais, dès les premières lueurs du jour, pour un départ en fanfare à 8 heures du matin en direction de l'arrière Pays Niçois.

2016, année de la mise en place de Green Cycling et du Cahier de Recommandations destiné aux organisateurs et à tous les pratiquants, pour un vélo sur, sain, responsable et accessible à tous, tout en conservant les valeurs éco citoyennes et environnementales, comme prépondérantes dans ce schéma global.
Un message qui doit passer, fondamental dans l'évolution nécessaire du cyclisme de masse en milieu naturel.



Un milieu naturel par ailleurs exceptionnel dans cette région Niçoise, un arrière pays qui frémit de tous les symptômes du Printemps et un véritable plaisir partagé pour tous les participants de ce premier Paris Nice Challenge de notre histoire, qui n'est probablement pas le dernier.

Et il faut également reconnaître que la notion de respect du territoire a bien fonctionné, le message clair des organisateurs est bien passé, pas de tubes ni de gels inutiles aux ravitaillements, un comportement global prudent et amical de la part des Cyclos qui souhaitaient profiter pleinement de ces instants de plaisir total, guidés par une signalétique impeccable et non polluante,  la Patrouille apprécie!


Innovation complémentaire, à l'issue de l'épreuve, le Compte Rendu d'Expérience de la patrouille, cosigné par l'organisateur et le coordinateur Green Cycling Eco Cyclo, un point technique qui reprend les items du Cahier de Recommandations et établit un profil clair du cadre éco responsable de l'évènement, Pierre Gadiou (coordinateur GC) et Mathieu Boutroux (organisateur ASO), ont inauguré ce nouveau dispositif de l'ère Green Cycling.




Bravo à toute l'équipe d'ASO Challenges, Thomas Delpeuch, Mathieu Boutroux et tous leurs collaborateurs, nous aurons l'occasion de les retrouver à plusieurs reprises au cours de la saison et tout d'abord sur Paris Roubaix Challenge dans moins d'un mois, sur un tout autre parcours, avec une participation annoncée de près de 5000 cyclistes.

La saison est bien lancée, la patrouille est prête et disponible, la préservation de nos territoires cyclistes est notre priorité!

Patrick



Les patrouilleurs de Paris Nice Challenge 2016:

- Elena Ivanova
- Pierre Gadiou
- Patrick François
- Thierry Saint léger
- Jean Luc Lacoste