jeudi 31 août 2017

La Scott Cimes du Lac d'Annecy, 27 Aoüt 2017: Les Cimes du Lac d'Annecy sous la chaleur de l'été.



PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
Communiqué n° 468

Une fois n'est pas coutume, commençons par faire le point sur l'aspect "Green Cycling" de cette dernière manche du Challenge Rotor qui a permis à Ludovic VALENTIN et à son organisation d'être encore "au top" des épreuves cyclosportives.



Sur le principe même de nos engagements, Ludovic a une nouvelle fois clairement préciser les choses sur la ligne de départ, et ce pour chaque peloton en ne laissant apparaître aucun doute quant à la disqualification des cyclistes qui seraient surpris en flagrant délit de "malpropreté environnementale". Et cette année il a aussi fait un bilan au début de la remise des récompenses. Bilan que nous approuvons totalement en apportant une petite précision. LVO et ses bénévoles ont donc ramassé les déchets après le passage des "coureurs". Ils n'ont trouvé que 2 "topettes", c'est exactement le nombre que j'ai constaté ! Bravo aux près de 800 cyclistes. Par contre un nouveau phénomène, certes sans commune mesure, m'a étonné. De rares cyclistes font un peu "comme à la télé" et jettent leur bidon sur la route. J'ai même vu un bon cycliste jeter le sien dans le jardin d'une maison au col de Plaimpalais (sans doute pour ne pas "salir" le magnifique Massif des Bauges, mais que vont penser les "jardiniers" de nous,  cyclistes !?). Or si on prend en compte les nombre de bidons offerts aux départs de ces épreuves, on peut considérer que cela fait beaucoup de plastique pour pas grand-chose (la qualité moyenne de bon nombre de ces bidons, rarement mis aux logos des épreuves, désolé pour les partenaires, ne conduiront ces bidons que dans les poubelles de tri sélectif pour les plus consciencieux d'entre-nous). Sans doute faudrait-il aussi "lever le pied" en la matière. J'ai fait une pose technique  avant le sommet du col de Leschaux pour apporter une "preuve par l'image" (puis pour mettre le bidon dans une poubelle "adaptée", pas celle de la photo). Ce bidon qui gisait à 2 mètres de cette poubelle était à moitié plein ! Et bien collant ! J'en ai vu 4 sur la route, combien dans les prés ?



Pour finir sur un des aspects de notre mission, celui de la sécurité, je me devais de rappeler un épisode mis en évidence par Ludovic lors du repas "local" (tartiflette ou croziflette). En effet un incident, qui deviendrait "banal" si nous pensions que la vie réelle était celle décrite sur les réseaux sociaux, a été noté sur l'épreuve : Alors qu'un automobiliste plus véhément que grincheux dépassait avec difficulté un petit groupe, un des cyclistes a répondu "trop" vertement au chauff(a)eur. Du coup ce dernier a doublé en force puis a pilé net devant un des cyclistes qui s'est retrouvé directement dans la case "hôpital" après avoir percuté le véhicule, sans passer par la case "ligne d'arrivée". Un de plus ! Je partage toutefois l'avis de Ludovic, quelque soient les "abrutis" avec qui l'ont partage la route, il vaudrait mieux toujours avoir en tête que la prudence, le calme et la courtoisie sont trois armes très efficaces pour désamorcer ces "crises". C'est en tout cas la meilleure "protection" que le cycliste peut proposer en cas de "conflit".
Alors pour ces aspects "Green Cycling", bravo à LVO et à ses bénévoles ; la remise du label sur la ligne de départ en compagnie de Sébastien DUC, l'autre patrouilleur du jour, et de Julie BRESSET, notre championne olympique de VTT, n'était pas qu'un geste !



Terminons donc par l'aspect sportif de ces Cimes du Lac d'Annecy qui changeaient de date en passant du premier dimanche d'octobre au dernier dimanche d'août. Et malgré l'énorme concurrence "cyclosportive" du week-end (dont le Championnat du monde à Albi et les 24 heures du Mans qui retenaient une grande partie de nos équipes), la participation a battu un record avec environ 100 cyclistes de plus que l'an passé. Sur des parcours identiques et très montagneux, j'ai trouvé que la chaleur de l'été ajoutait une nouvelle difficulté à l'épreuve. 
Rouler sur les derniers kilomètres du col des Prés quand le soleil est à son zénith n'est pas une mince affaire ! Penser peut-être à un départ plus matinal, les cyclistes le sont et 9h38 pour commencer un tel périple n'est pas l'horaire idéal. Le vent a aussi rajouté du piment sur les derniers kilomètres cette année. Et comme une des communes traversées a eu la "bonne idée" de refuser l'accès à l'eau potable sur son territoire, il y a eu quelques soucis aux ravitaillements. Mais les fontaines sont si nombreuses dans les Bauges qu'il était possible de remplir les bidons ici ou là.



Et pour revenir sur les participants, notons qu'ils avaient le plaisir de rouler en compagnie de Julie BRESSET qui était déjà présente l'an passé et qui prépare activement le Roc d'Azur, avec une forme retrouvée. Elle était aux côtés de Barbara FONSECA qui sortait du très médiatisé (pour la bonne cause) Tour de France de "Donnons des Elles au vélo", un joli moment de partage sur les rives du Lac d'Annecy.
Malgré les difficultés de LVO pour retrouver ses bénévoles habituels en raison du changement de date et de la période des vacances (personnellement je n'ai pas trop vu la différence, avec des signaleurs toujours aussi sympathiques, peut-être moins de motards ?), le rendez-vous est pris en 2018 et la dernière épreuve du Challenge Rotor, la "Scott Cimes du Lac d'Annecy" aura bien lieu le dernier dimanche du mois d'Août dans le Massif des Bauges.



Et comme j'ai eu le plaisir de commencer ce Challenge Rotor en Corse en compagnie de David POLVERONI, je voulais terminer ce compte-rendu en lui envoyant toutes les "bonnes ondes" nécessaires pour la fin de sa convalescence. A bientôt sur les routes !


A bon entendeur… 

Vincent

Aucun commentaire: